Le triptyque de la cathédrale du diocèse de Moulins de la fin du XVe siècle représente la « Vierge de l’Apocalypse ». Dans les deux panneaux latéraux se trouvent les donateurs, le duc Pierre II et la duchesse Anne de Beaujeu. Qu’a voulu représenter l’artiste à une époque où les questions spirituelles prennent un nouveau tour et interrogent les fondements d’une société encore emprunte d’une pensée médiévale ? Pourquoi ce choix d’un dégradé de rouge, de roses, de mauve et d’orange ? D’où vient cette impression de perspective, que signifie-t-elle?

L'art parle à l'intime de l'universel en passant par la foi...

Décryptage, apprentissage et émotion sont les étapes nécessaires pour garder en sa mémoire ou refuser une œuvre d’art parce qu’elle ne nous plaît pas. dans une deuxième temps le rapprochement avec l’Écriture Sainte permet de discerner la vérité transmise dans l’œuvre. L’Art, selon Christine Pellistrandi, professeur à l’École cathédrale spécialisée dans l’Apocalypse, tente de parler à l'intime de l'universel en passant par la foi. Conférence donnée aux Bernardins et diffusé à 10h25.

 

Les autres épisodes du Jeudi Théologie

 

La Foi prise au Mot du 02/10/2016
Les Psaumes, avec Christine Pellistrandi

La Vie des Diocèses du 24/04/2017
Mgr Laurent Percerou, évêque de Moulins