Pape

  • Dimanche 15 juillet 2018

    Evangéliser sobrement : Angélus du 15 juillet 2018

    Evangéliser sobrement : Angélus du 15 juillet 2018
    En cette 15ème semaine du temps ordinaire, le Saint-Père a commenté l´Évangile selon Saint-Marc (6, 7-13) quand Jésus appela les Douze pour les envoyer en mission, deux par deux, «une sorte de stage», affirme le Pape, «pour apprendre ce qu´ils seront appelés à faire après la résurrection, avec la puissance de l´Esprit Saint». Jésus ne manque pas de donner des consignes au Douze alors qu´ils sont au tout début de leur activité missionnaire. Le Pape s´arrête ainsi sur «le style missionnaire» dans sa catéchèse. La mission a un centre, Jésus Le disciple missionnaire a, avant tout, un centre de référence, qui est la personne de Jésus. Le récit l´indique en utilisant une série de verbes qui ont Jésus pour sujet. Ainsi la motivation et les actions des Douze «semblent irradier d´un centre», explique le Pape, dans leurs actions missionnaires est reproposée la présence et l´oeuvre de Jésus. «Cela montre que les apôtres n´ont rien de propre à annoncer, ni des capacités propres à démontrer, mais ils parlent et agissent en tant qu´envoyés, messagers de Jésus».Cet épisode évangélique concerne tous les baptisés là où ils vivent, et non pas uniquement les prêtres, poursuit François. Et pour eux aussi «cette mission est authentique seulement lorsqu´elle part de son centre immuable qu´est Jésus». François rappelle qu´il ne s´agit pas de «l´initiative de fidèles individuels, ni de groupes, ni même de grands rassemblements, mais c´est la mission de l´Église unie de manière inséparable à son Seigneur. Aucun chrétien n´annonce l´Évangile de manière propre, mais uniquement lorsqu´il y est invité par l´Église qui a en reçu le mandat du christ en personne». Évangéliser sans appuis, ni faveurs La seconde caractéristique du style missionnaire est «un `visage´ qui consiste en la pauvreté des moyens». Son équipement répond à un critère de sobriété. Les Douze reçoivent l´ordre de ne rien prendre d´autre que leur bâton pour la route, pas de pain, pas de sac, pas de pièces de monnaie dans leur ceinture, souligne l´Évangile. «Le Maître les veut libres et légers, sans appuis ni faveurs, sûrs uniquement de l´amour de celui qui les envoie, forts uniquement de Sa Parole qu´ils viennent annoncer». Le bâton et les sandales sont les attributs des pèlerins, parce qu´ainsi sont les messagers du Seigneur. «Ce ne sont pas des managers tout puissants, des fonctionnaires inamovibles, ou des divas en tournée». De ce visage, découle également de la façon dont le message va être reçu. Le Pape avertit les missionnaires : il peut arriver de n'être ni accueillis ni écoutés. «Cela aussi est pauvreté : l´expérience de l´échec». L´histoire de Jésus, qui fut rejeté et crucifié, préfigure le destin de son messager, explique le Pape qui rappelle cependant que «c´est seulement si nous restons unis à Lui, mort et ressuscité, que nous réussissons à avoir le courage de l´évangélisation». Le Pape a enfin prié la Vierge Marie, première disciple et missionnaire de la Parole de Dieu, pour qu´elle aide l´ensemble des fidèles à répandre dans le monde le message de l´Évangile, avec «une allégresse humble et radieuse, au-delà de tout rejet, de toute incompréhension ou tourment ». Saluts Après la prière de l´Évangile, le Pape a salué les pèlerins de son diocèse, d´Italie et des différentes parties du monde : les familles, les groupes paroissiaux, les associations. Il a en particulier salué les soeurs du Très Précieux Sang de Monza, les novices des Filles de Marie auxiliaire, et les jeunes polonais du diocèse de Pelpin qui participent à un cours d´exercices spirituels à Assise.
  • Jeudi 12 juillet 2018

    Messe d'obsèques du Cardinal Jean-Louis Tauran

    Messe d'obsèques du Cardinal Jean-Louis Tauran
    Les obsèques du Cardinal Jean-Louis Tauran ont lieu en la Basilique vaticane et sont présidées par le cardinal Angelo Sodano, doyen du Sacré Collège. Au terme de la célébration eucharistique, le Pape François viendra présider les rites de l´Ultima Commendatio et de la Valedictio.
  • Dimanche 8 juillet 2018

    "La grâce de Dieu surprend ..."Angélus du 8 juillet 2018

    "La grâce de Dieu surprend ..."Angélus du 8 juillet 2018
    S´appuyant sur l'Évangile du jour (Marc 6, 1-6), le Pape a rappelé comment les habitants de Nazareth passèrent de l´émerveillement à l´incrédulité à l´écoute des enseignements du Christ. Un changement d´attitude qui s´est opéré dès lors qu´ils apprirent que celui qui prêchait n´était que ce «simple charpentier, fils de Marie» qu´ils avaient vu grandir. Pour ces Galiléens, Jésus est d´abord charpentier, «il n'a pas étudié», mais pourtant «il prêche mieux que les scribes et fait des miracles», souligne François, didactique. Hélas, poursuit le Pape, «au lieu de s'ouvrir à la réalité, les habitants de Nazareth sont scandalisés, car selon eux, Dieu est trop grand pour s'abaisser à parler par la voix d´un homme aussi simple». Jésus devient alors pour eux «le scandale de l'Incarnation», «l'événement choquant d'un Dieu fait chair, qui pense, travaille, agit, aime, mange et dort comme un homme»... «Le Fils de Dieu bouscule tous les schémas humains: ce ne sont pas les disciples qui lavèrent les pieds du Seigneur, mais le Seigneur qui lavait les leurs», devenant ainsi cause de scandale et d'incrédulité, affirme le Saint-Père, «à toutes les époques, même aujourd'hui». Ce renversement fait par Jésus nous engage donc tous aujourd´hui «à une vérification personnelle et communautaire», car il peut arriver à tous de nourrir des préjugés qui nous empêchent de saisir la réalité. Et c´est justement le Seigneur qui invite à adopter au contraire une attitude d'écoute humble et d'attente docile, «car la grâce de Dieu se présente souvent de manière surprenante, qui ne correspond pas à nos attentes». «Dieu ne se conforme pas aux préjugés», a insisté le Souverain pontife depuis la fenêtre du Palais apostolique. L´importance de la foi prend ici tout son sens. Pour le Saint-Père, «beaucoup de baptisés vivent comme si le Christ n'existait pas, répétant les gestes et les signes de la foi, sans parvenir à une réelle adhésion à la personne de Jésus et de son Évangile», a-t-il déploré, souhaitant de tout son coeur que Dieu parvienne «à dissoudre en chacun la dureté de coeur et l´étroitesse des esprits».
  • Samedi 7 juillet 2018

    Prière oecuménique du Pape François avec les Patriarches

    Prière oecuménique du Pape François avec les Patriarches
    Visite du pape François à Bari. Prière commune avec les Patriarches et les responsables des Églises d'Orient.
  • Samedi 7 juillet 2018

    Rencontre du Pape François avec les Patriarches des Eglises d'Orient

    Rencontre du Pape François avec les Patriarches des Eglises d'Orient
    Visite du Pape François à Bari. Salutations suivies de la vénération des reliques de Saint-Nicolas dans la crypte de la Basilique.
  • Vendredi 6 juillet 2018

    Messe pour les migrants

    Messe pour les migrants
  • Dimanche 1 juillet 2018

    Jésus est source de vie pour qui lui fait confiance : Angélus du 1er juillet 2018

    Jésus est source de vie pour qui lui fait confiance : Angélus du 1er juillet 2018
    «Sur la route du Seigneur, tout le monde est admis» : le Pape François, lors de l´angélus ce dimanche, a souligné que pour avoir accès au coeur de Jésus il faut sentir le besoin d´être guéri et s´en remettre à lui.Le Pape François, avant de réciter la prière de l´angélus, a commenté l´Évangile de ce dimanche 1er juillet, 13e dimanche du temps ordinaire. Il est revenu sur Jaïre et sur la femme qui avait des pertes de sang qui, tous deux, demandent, chacun à leur manière, de guérir, l´un sa fille, l´autre ses problèmes de santé. Pour le Saint-Père, les deux récits abordés dans l´Évangile de ce dimanche, n´ont qu´un seul thème : «la foi». Ils montrent aussi que Jésus est «source de vie», qu´il redonne la vie «à qui se fie pleinement de Lui». Jaïre et la femme ne sont pas des disciples de Jésus, pourtant, «ils sont exaucés par leur foi». C´est pourquoi, souligne François, «nous sommes tous admis sur la route du Seigneur». S´en remettre à Jésus «Personne ne doit se sentir un intrus, un abuseur, ou quelqu'un qui n´a pas le droit», précise le Pape. «Pour avoir accès à son coeur, il n´y a qu´une exigence : ressentir le besoin de guérison et s´en remettre à Lui». François précise bien que c´est Jésus qui va chercher la femme dans la foule, ayant senti que quelqu´un l´avait touché dans un but bien précis. «Jésus les tire de l´anonymat, les libère de la peur de vivre et d´oser». «Il le fait par un regard et avec une parole qui les remet en chemin après tant de souffrances et d´humiliations», poursuit le Pape qui appelle les fidèles à «apprendre et à imiter ces paroles qui libèrent et ces regards qui restituent, à qui en est privé, l´envie de vivre».Craindre le coeur endurci Ce récit évangélique montre l´imbrication également des thèmes de la foi et de la vie nouvelle que Jésus vient nous offrir. «Devant Lui, la mort physique est comme un sommeil : il n´y a pas de raison de désespérer». Mais «il y a une autre mort», précise aussitôt le Pape, «qui est à craindre : celle du coeur endurci par le mal». Malgré tout, «même le péché, pour Jésus, n´a jamais le dernier mot parce qu´Il nous a apporté la miséricorde infinie du Père. Et même si nous sommes tombés, sa voix tendre et forte nous parvient : "Je te le dis : lève toi"».
  • Vendredi 29 juin 2018

    La confession de Pierre : Angélus du 29 juin 2018

    La confession de Pierre : Angélus du 29 juin 2018
    Dans sa courte catéchèse, l´évêque de Rome est revenu sur l´Evangile du jour, en St Matthieu, celui de la «confession de Pierre» ; un «épisode fondamental pour notre vie de foi», au cours duquel Jésus interroge ses disciples à propos de son identité. «Au dire des gens, qui est le Fils de l´homme ?», «Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je?», demande le Seigneur. Avec ces deux questions, «Jésus semble nous dire qu´une chose est de suivre l´opinion courante, une autre est de Le rencontrer et de s´ouvrir à son mystère : c´est là qu´on découvre la vérité », a affirmé le Saint-Père. «L´opinion commune contient certes une réponse vraie, mais partielle. Pierre, et avec lui l´Eglise d´hier, d´aujourd´hui et de toujours, répond la vérité : `Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant !´». Au cours des siècles, observe encore le Souverain Pontife, «le monde a défini Jésus de plusieurs façons» : tantôt comme un grand prophète , un maitre de vie, tantôt comme un révolutionnaire, ou un rêveur. Au milieu de toutes ces hypothèses, se distingue la confession de Pierre, homme plein de d´humilité et de foi: Jésus est Fils de Dieu. «C´est cela la nouveauté que la grâce allume dans le coeur de celui qui s´ouvre au mystère de Jésus: la certitude, non mathématique, mais encore plus forte, plus intérieure d´avoir rencontré la source de la Vie». Voilà bien l´expérience du croyant, qui n´est pas le fruit de son mérite, mais qui vient de Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit.La réponse de Jésus est, elle aussi, pleine de Lumière : «Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l´emportera pas sur elle». «C´est la première fois que Jésus prononce la parole Eglise : et Il le fait, en exprimant tout son amour pour elle » (...). C´est la nouvelle communauté de l´Alliance, non plus basée sur la descendance et la Loi, mais sur la foi en Lui, Jésus, Visage de Dieu»Au terme de l´Angélus, le Pape a salué les nouveaux cardinaux qu´il a créés hier, les nouveaux archevêques métropolitains nommés dans l´année, présents à Rome, et toutes les personnes venues les accompagner. LIRE AUSSI Le Pape François reçoit une délégation du patriarcat de Constantinople 28/06/2018 Le Pape François reçoit une délégation du patriarcat de Constantinople Le Saint-Père a également mentionné la délégation du Patriarcat oecuménique de Constantinople. «Cette présence est un signe du chemin de communion et de fraternité, qui grâce à Dieu, caractérise nos Eglises», a-t-il conclu..
  • Vendredi 29 juin 2018

    Messe et bénédiction des palliums pour les nouveaux archevêques métropolitains

    Messe et bénédiction des palliums pour les nouveaux archevêques métropolitains
    Saint-Pierre et Saint-Paul: «Confesser la foi avec nos lèvres et notre coeur» À l´occasion de la Solennité de Saint-Pierre et Saint-Paul, ce 29 juin, le Pape François a béni les pallium à l'intention de trente nouveaux archevêques métropolitains, élevés à ce rang pendant l´année. Le Saint-Père a ainsi présidé place Saint-Pierre la messe de cette fête liturgique des deux piliers de l´Eglise, vendredi 29 juin.
  • Jeudi 28 juin 2018

    Consistoire pour la création de nouveaux cardinaux

    Consistoire pour la création de nouveaux cardinaux
    Le Pape a présidé ce jeudi après-midi un consistoire ordinaire public dans la basilique Saint-Pierre. Une cérémonie au cours de laquelle quatorze nouveaux cardinaux, venant du monde entier, ont été créés. Lors de son homélie, le Saint-Père a invité ces cardinaux à toujours recentrer leur regard sur le Christ, afin de mettre le service au coeur de leur mission.